Intégration & Verticalité

On dit généralement d’un ERP qu’il est intégré ou vertical lorsqu’il permet de coordonner l’ensemble des activités d’une entreprise dites verticales telles que la production, l’approvisionnement… autour d’un même système d’information.

Le rempart face aux interfaces…

La force d’un ERP est sa capacité d’éliminer la duplication de données.
Il est souhaitable, dans la mesure du possible, de limiter le nombre de logiciels et surtout, le nombre de fournisseurs qui composent la suite ERP.

Bien sûr, il est toujours possible de faire « parler » les logiciels entre eux, mais la mise en place d’interface peut devenir très complexe avec le temps. Au départ, cela peut sembler simple, mais les évolutions deviennent clairement plus complexes !

Plusieurs solutions de plusieurs fournisseurs différents risquent invariablement d’évoluer dans des directions différentes et de rendre les « ponts » difficiles à maintenir. En ayant plusieurs solutions, cela force le dédoublement des informations et met à risque l’intégrité du système.

Il y a plusieurs années, faute d’avoir des solutions bien intégrées dans le domaine de la Menuiserie, les fabricants devaient se tourner inévitablement vers plusieurs solutions pour combler leurs besoins, mais ils ont été à même de constater les contraintes qui en découlent :

  • Information pas toujours à jour dans les différents logiciels (tarif qui change)
  • À chaque nouvelle version des logiciels, les ponts doivent être adaptés
  • Chaque fois qu’une nouvelle fonctionnalité doit être développée, il faut décider dans lequel des logiciels elle doit l’être ou tout simplement la développer en double ou en triple
  • Plusieurs logiciels différents = plusieurs cultures applicatives différentes. Ça se traduit par de la formation additionnelle, etc.
  • Les logiciels n’offrent pas les mêmes méthodes permettant d’apporter des modifications. Ça demande de la formation et de l’expertise additionnelles
  • La relation entre 2 fournisseurs (ou plus !) demeure contractuelle et n’est pas à l’abri de conflits. Le fabricant doit s’assurer qu’il ne se retrouvera pas dans une situation où il se fait dire: « Ce n’est pas mon logiciel le problème, c’est l’autre… et vice-versa… »
Publicités